Sélectionner une page

 

Les candidats à l’emploi sont de plus en plus souvent invités à fournir leurs identifiants Facebook

 

À l’automne 2003, Mark Zuckerberg et quelques amis ont créé un simple site web social pour mieux se connecter avec ses amis et ses camarades de classe à l’université de Harvard. Il était loin de se douter que ce site social deviendrait le pilier du réseau social d’aujourd’hui – permettant non seulement de se connecter avec des amis et des camarades de classe de l’école, mais aussi avec des amis extérieurs, des familles et des personnes du monde entier. 

 

Mais combien d’amis devons-nous avoir ? Combien de personnes devrions-nous autoriser à voir notre profil ? Récemment, les entreprises américaines demandent de plus en plus aux candidats à un emploi de fournir leur nom d’utilisateur et leur mot de passe Facebook lors des entretiens d’embauche. Les dirigeants de ces entreprises veulent faire plus qu’une petite enquête sur la vie personnelle de ces candidats avant de leur dire “vous êtes embauché”. Vous savez, juste pour s’assurer qu’ils n’appartiennent pas à une secte, une certaine fraternité, un groupe social, un parti politique ou un gang. Totalement légal, non ? Mais pourquoi s’arrêter là ? En plus de fournir les identifiants de Facebook, ces candidats devraient-ils simplement remettre les clés de leur maison et donner à ces entreprises des copies de leurs relevés bancaires et de leurs antécédents médicaux complets ?

Qu’est-il arrivé aux références des emplois précédents ? Lorsqu’un candidat à l’emploi donne à un employeur potentiel une liste de références, cela lui donne-t-il la liberté d’appeler et de poser toutes les questions personnelles et professionnelles nécessaires ? Oui, bien sûr. Mais qui a besoin de références potentiellement inexactes ou difficiles à obtenir lorsque nous disposons de la vaste panoplie d’informations disponibles sur Facebook… n’est-ce pas ?

 

Selon une étude réalisée en août 2011 par The Atlantic , 45% des employeurs utilisent des sites de réseaux sociaux pour sélectionner des employés potentiels, dont 29% utilisent spécifiquement Facebook et 26% Linkedin. Il est amusant de constater que les statistiques sont plus élevées pour un site social plutôt que pour un site professionnel.

Les employeurs font valoir qu’il s’agit d’un site social.

De nombreux employeurs font valoir que les gens interagissent davantage sur les réseaux sociaux que dans la vie réelle, et que la consultation de leur profil leur donnera une meilleure idée du type de personne que le candidat est en dehors de l’entretien. Bien que cette affirmation puisse être vraie, les responsables de Facebook encouragent les candidats à l’emploi à tenir bon et à ne pas communiquer d’informations privées aux employeurs potentiels.

 

Dans une économie où obtenir un emploi est déjà un défi, devrions-nous simplement permettre aux entreprises d’avoir accès à tous les aspects de notre vie, même ceux qui ne sont pas liés aux affaires ? Ou bien les employeurs devraient-ils se contenter d’examiner nos CV, nos talents, nos attributs et nos contributions à leur entreprise, et laisser de côté cette violation de la vie privée ?