Sélectionner une page

La culture est la somme totale de notre vie de naissance et de notre environnement continu.  Chaque personne a au moins trois liens culturels distincts avec l’ADN avec lequel elle est née.  Il n’y a pas de race ou de culture pure ; la culture est véritablement un phénomène humain. Le problème est que certaines personnes ne sont pas conscientes ou ne comprennent pas leur propre culture. Elles ont donc du mal à comprendre la culture de quelqu’un d’autre. Plus d’informations sur le métier de médiateur culturel ici.

Les questions de niveau supérieur concernant les cultures sont les suivantes : Quelles sont les qualités fondamentales de toutes les cultures au niveau universel ? Qu’est-ce qui nous rend universellement identiques ? Qu’est-ce qui nous rend tous spéciaux pour les autres cultures ?  Notre ressemblance entre les cultures est un indice de notre lien culturel national. Notre similitude culturelle est impétueuse pour communiquer et créer des réseaux les uns avec les autres. Elle jette également les bases de médiations et de négociations productives et contribue à limiter les problèmes qui découlent non seulement d’un conflit professionnel ou personnel, mais aussi de la réticence à reconnaître les différences culturelles. Il y a toujours quelque chose que chaque culture a en commun.

Il convient également de noter que la diversité ne se limite pas à la sensibilité culturelle, mais qu’il y a aussi la conscience culturelle et la compréhension culturelle. Il y a sensibilité culturelle lorsqu’une personne a connaissance d’une différence culturelle mais n’insère jamais de jugement ou de détermination ; au contraire, elle reste objective. Il y a également sensibilisation culturelle, qui se produit lorsqu’une personne choisit d’aller bien au-delà de la sensibilité et d’entrer dans le domaine de l’acceptation, de l’appréciation ou de la participation. Bien que la sensibilité et la conscience soient importantes, aucune des deux ne serait possible sans la connaissance. La connaissance culturelle se produit lorsqu’une personne ouverte choisit d’en savoir plus sur les normes, les valeurs et les coutumes d’un groupe particulier et diversifié.

Trop de gens négligent la similitude évidente de la culture ; nous avons tous de nombreuses similitudes qui transcendent les coutumes culturelles. Un exemple de cette similitude culturelle est tiré de la « Hiérarchie des besoins » d’Abraham Maslow. Nous avons tous besoin d’oxygène, de nourriture, de sûreté, de sécurité et du besoin d’appartenance. De plus, nous avons tous un besoin à satisfaire à un certain niveau.

Selon Robert Cialdini, auteur du livre « Influence », tous les êtres humains ont besoin d’être aimés et pensés, respectés et vénérés par des personnes de grande personnalité. Notre capacité à être soigné a une valeur dans la société. Ce n’est que lorsque nous comprenons la similitude des cultures que nous pouvons commencer à comprendre les différences. Lorsque nous commençons à comprendre les différences, nous nous engageons sur la voie d’une compréhension plus profonde de la culture, quelle qu’elle soit. Partager une compréhension plus approfondie de la culture nous rapproche de la véritable diversité et de la paix. Le niveau plus profond de la culture permet d’établir des liens avec la vie des gens et une sensibilité mutuelle que chaque culture offre, tout en stimulant la curiosité.

Cela étant dit, l’adhésion à certaines coutumes culturelles est jugée offensante, de peur que nous ne devions faire nos recherches sur la façon dont les différentes normes culturelles sont perçues dans certains pays. Dans certains pays, il est offensant de s’incliner, de montrer le dessous de ses pieds, de faire des éloges en public ou d’utiliser certains gestes de la main, même s’ils peuvent avoir une différente signification dans d’autres cultures. Nous devons appliquer pour de bon les recherches utilisées pour comprendre les autres cultures, car notre première impression est dans la plupart des cas la plus importante. Non seulement nous devons faire un effort pour apprendre les coutumes culturelles des autres, mais nous ne devons pas compromettre notre culture, car l’apprentissage et l’exploration mutuelle des deux cultures conduisent à une meilleure compréhension

Il ne peut y avoir de véritable diversité et d’accord mutuel sans la paix de la civilité. C’est comme un enfant perturbateur à l’école : un enseignant ne peut pas enseigner à l’enfant sans une discipline pacifique. De même, nous ne pouvons pas avoir de véritable diversité culturelle à quelque niveau que ce soit sans la stabilité qu’apporte la civilité.  En fait, Mary Worley l’explique mieux quand elle dit que « la civilité ne coûte rien et achète tout ». Qu’il soit parlé ou non, un manque de civilité présent lors d’une médiation peut être un indicateur précoce que la résolution ne se fera pas ou qu’elle peut forcer les parties à s’éloigner l’une de l’autre.

La qualité et l’impact d’une bonne communication constituent le meilleur moyen d’organiser les négociations dans le cadre d’une médiation. Par conséquent, la qualité de la communication d’un médiateur avec des cultures différentes dépend largement de la qualité de la communication et de la civilité. Le niveau de civilité aide à surmonter les différences de culture. Le fait de ne pas tenir compte des différences culturelles et, plus important encore, de ne pas établir de liens culturels pourrait entraîner des occasions manquées.

Les différences culturelles sont simplement des opportunités culturelles. Si la culture façonne sans aucun doute la manière dont nous envisageons les conflits, elle peut également avoir une incidence sur la manière dont nous recherchons la justice ou dont nous les résolvons. Une différence culturelle dans la médiation est le plan et le cheminement ultime vers le succès de la médiation. Il devrait en être de même dans la société ; les différences culturelles devraient devenir un ascenseur vers le plus haut niveau de civilité et de décence humaines.

La civilité culturelle dans la médiation ou la société est un phénomène mondial. Toutes les médiations devraient s’efforcer, à l’échelle mondiale, de promouvoir la civilité dans les deux cas. Il y a une pléthore d’informations et de connaissances que nous acquérons en observant les connexions culturelles. Les médiations et les négociations peuvent se dérouler beaucoup plus facilement lorsque les parties adoptent des normes culturelles différentes. Il n’y a rien à craindre ou à combattre dans le cadre de ce processus. Lorsque nous gérons la culture, notre début est notre fin ; la bonne éducation, l’information sur la culture des uns et des autres.