Sélectionner une page

Lorsqu’on est devant un film de guerre ou un jeu vidéo du même genre, on s’est tous déjà demandé : C’est quoi sierra ? Qui est Charlie ? Pourquoi il a dit Hotel ? Il s’agit en fait d’un langage de code spécial appelé « Alphabet Militaire ». L’alphabet militaire est le nom qui a été attribué à un genre d’alphabet spécial pour faciliter la communication par radio. Cet « alphabet radio » a été normalisé par l’Union Internationale des Télécommunications, et il est notamment utilisé par l’OTAN et tous les services usant de la communication par radio.

 

Cependant il existe aussi des codes spéciaux qui correspondent à des expressions précises du langage militaire. On peut, par exemple, citer « Oscar Mike » qu’on peut transcrire par « On Move », notifiant que l’ennemi est en mouvement. Ce sont des tactiques de défenses et de prévention, afin de ne pas être pris en embuscade, par exemple. Les militaires, ainsi que leurs supérieurs, doivent prendre leur temps pour en apprendre plus à ce sujet.

L’alphabet militaire c’est quoi ?

C’est un mode de communication avec des messages codés à l’aide confirmation de lettres. En effet, certaines lettres sonnent pareils. Par exemple, quand vous prononcez les lettres « p » et « b » à haute voix, cela peut porter à confusion et on peut entendre un son commun. Surtout lorsque le message est transmis par radio et qu’il y a des interférences. L’armée utilise donc ce code pour communiquer par radio.

Ce système permet aussi d’organiser la communication via la radio et les autres plateformes de l’armée. Ainsi, les informations sont plus clairs, les mots limités et les informations priorisées plus facilement. A l’armée, on compte 3 principes de communication :  l’exactitude, la concision et la clarté. En personne ou par radio, la communication doit respecter ces principes.

Ces messages courts et précis permettent de limiter l’informations à l’essentiel et avoir un message de moins de 30 secondes. Cela permet donc aussi de gagner du temps et de comprendre plus rapidement dans des environnements bruyants.

Quand a-t-il été inventé ?

L’origine du tout premier alphabet phonétique reconnu, remonte en 1927. Mais le premier alphabet militaire tel qu’on le connait, est apparu juste avant la Seconde Guerre Mondiale.

Ainsi, au cours de la première moitié du XXe siècle, on a vu défiler plusieurs variantes d’alphabets orthographiques qui ont été abandonnées au final. Ces différents types de codes ont débuté par le « Code Morse » qui a été utilisé dans l’aviation civile et militaire.

Ensuite, vu les innovations faites en radiotéléphonique, l’aviation adopte de plus en plus l’usage des radios pour permettre aux pilotes de mieux se coordonner. Cependant, les interférences et les parasites sonores des radios provoquaient parfois des erreurs vocales. C’est alors dans le but de faciliter la communication par radio que des associations de l’aviation ont adopté des mots de la télécommunication pour remplacer les consonnes et les voyelles ayant la même vocalique et qui sont susceptibles d’être confondues.

En 1941, les Etats-Unis adoptent l’alphabet radiotéléphonique, appelé Joint Army/Navy. Suite à cela, les autres pays ont mis en place leur propre version afin de respecter les particularités (phonèmes et graphèmes) de leur alphabet respectif.

 

A quoi sert l’alphabet militaire ?

Comme expliqué précédemment, l’alphabet militaire a pour but de faciliter la communication radio entre les pilotes et les troupes. Ces derniers doivent, en effet, être clairs et précis lors de la transcription des messages.

Pour un soldat sur terrain, une seule erreur de transmission peut être fatale. C’est pourquoi, il est nécessaire que le message soit compréhensible par tous, même en présence d’interférence et de bruits parasites. Ce moyen de communication a surtout été créé pour contrer les similarités dans la manière de prononcer et la phonologie de certaines lettres comme le « b » et le « p » ou le « m » et le « n », et pour contrer les voyelles nasales de l’orthographe française.

En remplaçant ainsi les lettres par des mots, le destinataire doit juste les décoder pour comprendre le message. Donc au lieu de dire « mettre », le soldat peut épeler le mot en usant des codes «  Mike – Echo – Tango – Tango – Roméo – Echo ».

 

Utilise t-on encore l’alphabet militaire ?

L’alphabet militaire est encore fortement utilisé par l’aviation et les forces armées, ainsi que par d’autres services usant de la radiocommunication comme les pompiers, la police nationale, la gendarmerie, la protection civile, la sécurité civile, les radioamateurs, etc.