Sélectionner une page

Lorsque j’ai passé mon test de conduite, il y a de très nombreuses années, j’étais persuadé que j’allais réussir. L’examinateur a dit que j’avais accéléré PENDANT la montée de la côte au lieu d’AVANT la montée. Cette seule erreur mineure m’a valu une déduction de 4 points sur ma note d’examen de conduite.

Pas toutes les infractions n’équivaudront à une baisse de 4 points de la note, et tous les examinateurs ne sont pas aussi pointilleux. Mais c’est un bon exemple de la façon dont les petites erreurs peuvent s’additionner à l’examen de conduite.

 

Compétences testées à l’examen de conduite

La priorité absolue des examens au volant est de déterminer si une personne comprend les règles de la route et peut conduire un véhicule en toute sécurité. Pour le prouver, il faut démontrer les compétences de conduite essentielles.

Vous devez démontrer les manœuvres suivantes lors de votre examen derrière le volant :

  • Liste de vérification avant la conduite : Démontrer le frein de stationnement d’urgence, les signaux de bras, les essuie-glaces, le dégivreur, les clignotants d’urgence, les phares, les clignotants, les phares, le frein à pied et le klaxon,
  • Conduite en parc de stationnement
  • Intersections : Jusqu’à huit au total, y compris la vitesse, les cessions, les contrôles de la circulation, le freinage et les lignes de limite.
  • Conduite commerciale/résidentielle/rurale : Contrôles de circulation, vitesse, espacement, position de la voie, etc.
  • Changements de voie
  • Tours : Jusqu’à quatre gauches et droits, y compris les signaux, les arrêts complets, les lignes de limite, le contrôle de la direction, la vitesse, le virage dans la bonne voie, etc.

Donnez-vous suffisamment de temps pour pratiquer toutes ces compétences de base jusqu’à ce que vous ayez une bonne maîtrise de chacune d’elles.

 

Pourquoi les étudiants ne réussissent pas leur examen de conduite du premier coup

Il est difficile d’estimer un taux moyen de réussite ou d’échec aux examens de conduite, car chaque ville est différente.

Pourquoi tant de personnes échouent la première fois qu’elles passent l’examen de conduite ? Les examinateurs qui font passer le test disent que les raisons les plus courantes pour lesquelles les élèves échouent la première fois sont :

Les nerfs : Peu d’épreuves dans la vie suscitent plus d’anxiété que l’examen de conduite derrière le volant. Essayez de vous détendre, d’être confiant et de laisser simplement transparaître toutes les compétences et techniques que vous avez apprises. Quel que soit le type d’examen que vous passez, la nervosité et l’anxiété peuvent provoquer des blocages mentaux qui font trébucher les gens sur des questions faciles. N’oubliez pas que si vous ne réussissez pas du premier coup, ce n’est pas la fin du monde. Vous pouvez essayer de refaire le test, parfois dès le lendemain.

Virages larges : Lors d’un virage à droite sur une route à 2 voies, vous devez vous retrouver sur la voie de droite, et non sur la voie de gauche. Il en va de même pour les virages à gauche. Les étudiants font souvent des virages larges, puis essaient de se corriger en se mettant dans la bonne voie sans signaler ou regarder par-dessus leur épaule, ce qui entraîne un échec automatique.

Les pistes cyclables : Que la bande cyclable soit en pointillés ou pleine, signalez 200 pieds à l’avance et mettez vos pneus dans la bande cyclable avant de faire un virage à droite.

Non respect d’un panneau de signalisation ou d’un signal : Environ 11 % des personnes échouent à l’examen de conduite parce qu’elles n’ont pas respecté un panneau ou un signal de circulation

(à lire aussi : retrouver son diplôme de l’ASSR2 pour s’inscrire au permis). Le franchissement d’un panneau de céder le passage est l’une des infractions les plus courantes.

Vitesse excessive ou vitesse trop lente : Environ 1 personne sur 10 qui échoue à l’examen de conduite le fait parce qu’elle va trop lentement ou trop vite. Essayez de ne pas dépasser de plus de 8 km la limite de vitesse affichée.

Si l’examinateur doit intervenir à un moment quelconque, c’est un échec automatique. L’examinateur ne le fera que s’il estime que vous risquez d’avoir un accident. Par exemple, ne pas céder le passage à la circulation en sens inverse ou tourner à contresens dans une rue à sens unique. Même si l’examinateur n’intervient pas, toute manœuvre dangereuse entraînera un échec à l’examen.

Évitez ces mauvaises habitudes pour réussir votre examen de conduite du premier coup

Parfois, le problème est que les élèves prennent de mauvaises habitudes, surtout s’il y a un énorme écart entre la date de la dernière leçon de conduite et l’examen de conduite. Ces mauvaises habitudes vont de la conduite avec une seule main sur le volant au freinage brusque. Ce sont les petits problèmes mineurs qui peuvent s’ajouter à un échec.

Une note aux parents instructeurs : Les mauvaises habitudes sont souvent acquises. Il est crucial pour les parents instructeurs de suivre toutes les bonnes pratiques afin que votre élève conducteur apprenne par l’exemple.