Sélectionner une page

Quelques mythes du test du permis de conduire

 

Mythe : les examinateurs de conduite ne sont autorisés à faire passer qu’un certain nombre d’élèves par semaine.

 

Ce n’est tout simplement pas vrai. Ce mythe trouve peut-être son origine chez les personnes embarrassées par un échec qui tentent de trouver une raison convaincante pour leur famille et leurs amis. Si vous êtes à la hauteur du test de conduite, vous réussirez. Ce n’est pas censé être facile, et le fait est que plus de 50% des candidats ne sont tout simplement pas à la hauteur de la norme requise. Les examinateurs de conduite ne vous font pas échouer : vous échouez vous-même

 

Mythe : les examinateurs de conduite aiment faire échouer les apprentis conducteurs.

 

Les examinateurs sont des professionnels : leurs sentiments personnels n’entrent pas dans leur évaluation de vous. De plus, ils doivent rendre des comptes à leurs patrons – un nombre inhabituel ou inexplicable de réussites ou d’échecs serait examiné. Il est plus facile pour un examinateur de donner de bonnes nouvelles plutôt que de mauvaises, et une réussite signifie moins de paperasse pour eux.

Mythe : Il y a un examinateur particulier qui m’a testé dans le même centre d’examen plusieurs fois et qui m’a fait échouer parce qu’il ne m’aime pas.

 

Il serait facile de blâmer un ” conflit de personnalité ” pour l’échec, mais encore une fois,les examinateurs de conduite sont des professionnels. Les sentiments personnels ou les préjugés ne sont pas pertinents. Un examinateur dont le dossier de travail montre une tendance à l’échec, par exemple les femmes ou un groupe ethnique particulier, serait vite repéré. Nous aimerions tous rendre quelqu’un d’autre responsable de nos erreurs. La seule façon de réussir finalement est d’assumer la responsabilité de votre performance et de travailler dur pour corriger vos fautes.

 

Mythe : mon père me dit qu’il n’a pris que 8 heures de cours de conduite et qu’il a réussi du premier coup.

 

Cela a peut-être été possible dans un passé très lointain, ou peut-être a-t-il le syndrome du ” père compétitif “. L’examen s’est développé pour s’adapter à l’évolution des conditions sur les routes. Le nombre de voitures ne cesse d’augmenter, les conditions de circulation sont plus complexes et il faut suivre les panneaux et les itinéraires. Il y a maintenant aussi l’examen théorique, les manœuvres de stationnement en marche arrière… Il y a quelques années, on ne posait au candidat que quelques questions sur le code de la route. Les conducteurs plus âgés reconnaissent souvent qu’ils pourraient avoir des difficultés de nos jours à passer un examen.

 

Mythe : si vous faites caler la voiture, vous échouerez

 

Le calage arrive. Si cela se produit dans une situation dangereuse, par exemple sur un rond-point, vous pourriez avoir des problèmes. Si cela se produit sur un tronçon de route normal, l’important est la façon dont vous le gérez. La panique n’est pas une bonne idée. Respirez profondément, recommencez, et il est peu probable que vous soyez recalé sur cette seule chose.

9 raisons les plus courantes d’échec

 

  • Observation aux carrefours – observation et jugement inefficaces ou mauvais.
  • Stationnement en marche arrière – observation inefficace et/ou manque de précision.
  • Utilisation des rétroviseurs – ne pas vérifier assez souvent, et/ou ne pas agir en fonction de l’information.
  • Utilisation incorrecte des signaux – donner des signaux trompeurs, ou oublier de les annuler.
  • S’éloigner en toute sécurité – observation inefficace.
  • Positionnement incorrect sur la route – notamment aux ronds-points et dans les virages.
  • Manque de contrôle de la direction – braquer trop tôt ou trop tard.
  • Position incorrecte pour tourner à droite – aux carrefours ou dans les rues à sens unique.
  • Vitesse inappropriée – conduire trop lentement ou trop rapidement.